Information Procédure à suivre lorsqu’un salarié est détecté positif à la covid19 en entreprise

Imprimer la page

Contact administratif

Office de la Médecine du Travail

L’Aigue Marine
24, avenue de Fontvieille
MC 98000 MONACO

Accueil OMT :
(+377) 97 98 46 46

Fax : (+377) 92 05 93 52

Horaires : de 8h00 à 12h00 et de 12h45 à 16h30 du lundi au vendredi

Plan

Voir sur la carte

Office de la Médecine du Travail

L’Aigue Marine
24, avenue de Fontvieille
MC 98000 MONACO

Horaires : de 8h00 à 12h00 et de 12h45 à 16h30 du lundi au vendredi

Téléphone : (+377) 97 98 46 46

Fax : (+377) 92 05 93 52

http://www.omt.mc/

0

Cette procédure s’applique lorsque le cas est confirmé (PCR positive) ou hautement probable (c’est-à-dire présentant les symptômes évocateurs de perte de goût et d’odorat).

Demander au salarié détecté positif à la Covid19 de ne pas se rendre sur son lieu de travail

Si le salarié est présent sur son lieu de travail, le chef de service/chef d’entreprise lui demande de rentrer chez lui immédiatement et de respecter les mesures barrières renforcées vis-à-vis de son entourage.

Prévenir l'Office de Médecine du Travail

Le chef de service/chef d’entreprise prévient rapidement l’Office de la Médecine du Travail (OMT) par téléphone au 97 98 46 46 (en semaine) et/ou par courriel à l’adresse info-covid19@omt.mc en communiquant les coordonnées de la personne détectée positive (nom, prénom, date de naissance, numéro de téléphone portable, adresse mail, numéro d’assuré social (CCSS ou SPME)).

Dresser la liste des contacts

Le médecin du travail adresse au chef de service/chef d’entreprise le protocole nécessaire pour dresser la liste des cas contacts au sein de ses locaux ; selon ce protocole, le chef de service/chef d’entreprise envoie rapidement au médecin du travail, à son adresse mail nominative, les nom, prénom, date de naissance, numéro de téléphone portable, adresse mail des personnes potentiellement concernées.

Le chef de service/chef d’entreprise demande aux personnes qu’il identifie comme contacts à risque élevé de rentrer chez elles et de respecter les mesures barrières renforcées vis-à-vis de leur entourage.

Collaborer à l'enquête épidémiologique

Le médecin du travail mène une enquête épidémiologique : il vérifie le statut de contact réel des salariés désignés comme contacts à risque élevé et comme contacts à risque faible en collaboration avec le chef de service/chef d’entreprise et, le cas échéant, en lien avec le médecin inspecteur de santé publique de la Direction de l’Action Sanitaire pour les services de la Fonction Publique ou le médecin scolaire pour les établissements scolaires de la Principauté.

Organisation des tests

Le médecin du travail prescrit les PCR aux personnes identifiées comme cas contact, leur adresse l’ordonnance par mail avec les consignes sanitaires adaptées; il peut également délivrer un arrêt de travail aux personnes contact à risque élevé si le télétravail est impossible. La PCR est réalisée 5 à 7 jours après le dernier contact avec le salarié positif. Le résultat revient au médecin du travail prescripteur.

Les personnes contact à risque élevé demeurent à leur domicile en attendant le résultat de leur PCR, les personnes à risque faible se rendent au travail avec des mesures barrières renforcées (port permanent du masque, hygiène des mains stricte, utilisation d’outils de travail non partagés, pas de pauses ou repas pris en commun avec les autres salariés).

Le médecin du travail informe les personnes testées des résultats de leur PCR :

  • Si la PCR est positive, le relais est pris par le médecin traitant (arrêt de travail, soins, etc.) 
  • Si la PCR est négative, la reprise de travail pourra se faire avec des mesures barrières renforcées (à conditions que celles-ci puissent être respectées) jusqu’à 14 jours après le dernier contact avec le cas positif

 

L’employeur ne peut demander la communication du résultat du test - qui relève du secret médical - pour accepter le retour du salarié au travail ; il n’est pas non plus autorisé à faire effectuer des tests ayant pour objectif de déterminer si les salariés sont positifs à la COVID-19 (avis de la CCIN, mai 2020).

Définitions

Mesures barrières renforcées 

  • Port permanent du masque
  • Hygiène des mains stricte
  • Utilisation d’outils de travail non partagés (ordinateur, téléphone, outil, équipement de protection individuel…)
  • Pas de pause ou de repas pris en commun

 

Contact à risque élevé (en l’absence de port de masque)

  • Partage du lieu de vie d’un cas COVID symptomatique ou asymptomatique (par exemple : famille, même chambre)
  • Discussion face à face à moins d’1 m quelle qu’en soit la durée
  • Contact à moins d’1m50 pendant plus de 15 min
    (Ces deux situations se retrouvent souvent dans un repas pris en commun, une pause-café, une pause cigarette, une pratique sportive rapprochée)
  • Réunion en lieu clos de plus de 15 min à moins d’1m50 de distance les uns des autres

 

Contact à risque faible 

  • Élèves ou enseignants d’une même classe porteurs d’un masque
  • Voisin immédiat de bureau à moins d’1m50 porteur d’un masque
  • Situations où la rupture ponctuelle des gestes barrière est fréquente : présence et croisement dans les vestiaires ou le réfectoire en même temps qu’un cas positif
Dernière modification le 26/10/2020

Contacter Welcome Office
+377 98 98 98 98

ou par e-mail

en cliquant ici

Ajouts récents

Fiches, Rubriques, Communiqués récemment ajoutés ou mis à jour.

Consulter les derniers ajouts

Aide non-voyants pages internes spe

Article d'introduction visible sur chaque page interne par les lecteurs d'écrans